23/07/2008

LUI ET MOI *15* La honte

logo_propos LUI ET MOI *15* LA HONTE La Méditerranée, une mer particulièrement menacée par la pollution

Pollution exponentielle, réchauffement climatique fragilisant la faune et la flore, salinité accrue: la Méditerranée nécessite un traitement en profondeur.Les mers sont en passe de connaître une rupture d'équilibre.La Méditerranée est d'autant plus fragile que la pollution y a un effet décuplé sur la faune et la flore marine à cause du réchauffement climatique.Mer semi-fermée où transite 28% du transport mondial d'hydrocarbures, la Méditerranée est vulnérable. Les experts évaluent à 80.000 tonnes d'hydrocarbures par an les rejets des navires en Méditerranée.
Près de 200 pollutions dues à des rejets de substances nocives ou d'hydrocarbures sont enregistrées chaque année en Méditerranée au large des côtes françaises.
Marées noires et déballastages ne sont cependant qu'une petite partie du problème: 80% de la pollution vient de la terre.La menace majeure, c'est l'insuffisance des stations d'épuration. Il y a tout un tas d'endroits où les eaux sales, usées vont à la mer sans traitement.

Déjà fragilisées par la pollution, la faune et la flore doivent faire face à l'arrivée d'espèces invasives dopées par le réchauffement.
Aux derniers pointages, il y a 56 espèces nouvelles de poissons tropicaux qui colonisent la Méditerranée, ce qui traduit bien ce réchauffement. Ils remontent par le canal de Suez et se trouvent bien en Méditerranée.La Méditerranée ne représente que 0,7% de la surface des océans, mais constitue un réservoir majeur de biodiversité, avec 28% d'espèces qu'on ne trouve pas ailleurs.
Le réchauffement en accentue l'évaporation et la salinité.
D'autant que les apports d'eau douce des fleuves, en constante régression du fait de la croissance démographique des pays du pourtour méditerranéen, sont passées depuis une quinzaine d'années de 600 km3 à 350 km3 par an.
Les guerres également contribuent à cette pollution.
Ainsi, le bombardement par l'aviation israélienne des réservoirs de la centrale électrique de Jiyé, au Liban sud, le 14 juillet 2006, avait entraîné une catastrophe écologique, près de 15.000 tonnes de fioul s'étant déversées dans la mer.
Les munitions tombées au fond de la mer pendant la deuxième guerre mondiale commencent aussi à poser des problèmes au large des côtes italiennes.L'enveloppe de fer des bombes s'est dissoute et le phosphore qu'elles contenaient est en train de se répandre.

MOI et la rage

Les commentaires sont fermés.