14/03/2009

LUI ET MOI--CONVULSION TERRESTRE

logo_proposconvulsion du mondeLUI ET MOI--CONVULSION TERRESTRE

Sommes-nous condamnés à sur-vivre?

Notre pouvoir scientifique a dépassé notre pouvoir spirituel. Nous savons guider des missiles mais nous détournons l’homme de sa voie.
Martin Luther King

Il est bien connu que les millénarismes ont pour but, entre autres, de faire émerger un homme nouveau dont le comportement est en rupture avec son modus vivendi précédent. Le XXe siècle, pour la majorité des peuples de la terre, a été celui de la tyrannie sous une forme ou sous une autre d’un Occident au fait de sa puissance, bardé de certitudes et imprimant au reste du monde sa marque: celle d’une façon de vivre où l’homme n’est plus au centre de la préoccupation mais un rouage, un produit marchand. Fait nouveau, cette façon de vivre débridée fait du gaspillage des ressources de la Terre, forcément limitées, l’alpha et l’oméga du progrès. Tragique erreur s’il en est! la Terre proteste et nous le fait savoir par des signes de plus en plus récurrents: les perturbations climatiques.
Mardi 23 septembre 2008, retenez cette date. Ce fut «le jour du dépassement», le earth overshoot day de l’année. La date où la population humaine a épuisé les ressources produites en un an par le mince manteau vivant qui enveloppe la Terre, la biosphère ou écosphère. Depuis, nous allons au-delà de ce que la planète nous offre, de sa biocapacité. Comment identifions-nous ce mardi fatal si précisément? Pour le calculer, Global Footprint Network compare le rythme auquel, chaque année, la nature produit des ressources - aliments, combustibles, etc. - et assimile les déchets, et le rythme auquel l’humanité consomme ces ressources et produit des déchets. Quand nous excédons les possibilités terrestres, nous atteignons «le jour du dépassement». Le premier, selon l’ONG, est tombé le 31 décembre 1986. En 1996, il se situait début novembre. En 2007, le 6 octobre. Aujourd’hui, le 23 septembre. Et dans dix ans? Notre crédit terrestre s’épuise .
MOI

Les commentaires sont fermés.