21/07/2009

LUI ET MOI-APOLLO 11

logo_proposapolo11LUI ET MOI-APOLLO 11

Notre amie la Lune

Si lointaine et si proche... Depuis toujours, l'homme a rêvé de cet astre qui influence tant la Terre et occupe pour lui une place à part. Il y a quarante ans, il a réussi à le conquérir. Du premier pas d'Armstrong en 1969, au dernier de Cernan en 1972, récit d'une incroyable épopée. Elle n'est pas achevée: les Américains vont y retourner.
"C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité." N'en déplaise aux amateurs de belles tournures. Cette phrase prononcée le 21 juillet 1969 par Neil Armstrong, le premier astronaute à avoir foulé le sol de la Lune, ne fut pas mûrement pensée. "Trop occupé par les manoeuvres à bord du module lunaire (LEM), j'y ai réfléchi juste avant la sortie extravéhiculaire", expliquera plus tard, non sans modestie, le héros américain. Parce qu'avant de signer sa légende par l'empreinte de ses moonboots dans la poussière sélène, lui et son compère, Buzz Aldrin, ont pu croire au crash: après un départ idéal, trois petits tours au-dessus de la Terre, une mise en orbite parfaite autour de la Lune, puis une séparation réussie entre Eagle (le LEM) et la capsule Columbia -où se trouvait Michael Collins, le troisième homme de l'équipage- la mission Apollo 11 a failli tourner au cauchemar dans sa phase d'alunissage.
Ce fameux 21 juillet, quelques minutes après que le moteur de descente a été allumé, une alarme stridente retentit à l'intérieur du LEM: l'ordinateur, doté d'une mémoire record pour l'époque -64 kilos octets de ROM et 4 de RAM, moins puissant qu'un actuel téléphone portable- sature, noyé par les infos radar. Sans paniquer, Armstrong prend le pilotage manuellement, guidé à vue par son collègue. A 80 mètres du sol, alors qu'il ne leur reste que 8 % de carburant, les deux hommes évitent un énorme cratère. Sur Terre, au centre de la Nasa, l'inquiétude est à son comble jusqu'à 15 h 18. Au bout d'un long silence les ingénieurs entendent une voix nasillarde : "Houston, ici la base de la Tranquillité. L'aigle s'est posé!".
MOI

Commentaires

Un grand moment, évidemment! Bonne soirée Monsieur Duke! De nous deux !!!;-)

Écrit par : Zabou | ` 2009-07-21 à 17.56:21 `

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.