26/11/2009

LUI ET MOI-JEAN GABIN

LUI ET MOI--JEAN GABIN

Je suis monté sur les planches à contrecoeur. J'ai tourné mes premiers films sans enthousiasme, sans espoir. A présent, ça y est : me voilà mordu..Celui qui parlait ainsi quelques années avant la guerre n'était autre que Jean Gabin, mort le 15 novembre 1976 . Contraint et forcé par le papa Moncorgé , le vrai nom de Jean Gabin, né le 17 mai 1904 il accepta de devenir figurant dans une revue . Le pied pris dans l'engrenage, il continua, tâta du music-hall, du tour de chant, de l'opérette.
En 1930, le parlant, qui avait besoin de nouvelles recrues "sachant dire un texte, chanter et danser", l'annexa. Souvent, parvenu au faîte, il devait dire : "Cette fois, c'est fini: plus de cinéma pour moi ! J'ai d'autres occupations qui m'intéressent bien davantage". La vie de fermier à la campagne lui allait comme un gant. Des copains avec qui il s'entendait bien venaient le relancer ." En ronchonnant, il acceptait et c'est ainsi qu'il fit 95 films. Il n'y eut jamais qu'un seul Gabin. Comme il n'y eut qu'un seul Jouvet, un seul Harry Baur, un seul Pierre Fresnay. 

IOn peut supposer qu'il fut heureux comme un roi dans sa belle maison, entourée de prés et de vergers, de pâturages pleins de bestiaux, à la campagne. Il y vécut avec Dominique Fournier, sa troisième femme, mère de ses trois enfants. Auparavant, il avait été uni pendant cinq ans à Gaby Basset, une charmante comédienne, ensuite à Doriane. Mais Dominique fut la compagne des jours les plus harmonieux. Parfois le couple "allait en soirée" et c'était tout un événement que l'apparition de cette légende sortant de son refuge. Il aima passionnément la mer, et quand il trépassa, ce fut vers elle qu'il retourna: ses cendres furent répandues sur les flots, au large de la Bretagne, tel qu'il l'avait souhaité. 

La carrière de Gabin se divise en 3 phases.
Sa première phase comprend ses plus grands films, ses plus beaux rôles, et surtout lui offre ses plus belles performances d'acteur: entre 36 et 39 il enchaîne Pépé le Moko, La Grande Illusion, Quai des brumes, La Bête humaine, Après la guerre, la Star Gabin paresse dans des films plus conventionnels jusqu'à la fin des années 50. Les rôles sont plutôt bourgeois, parfois provocateurs. L'étincelle c'est En cas de Malheur en 58, où Gabin devient un vieil homme, confronté à la jeune Bardot. A partir des années 60, la Nouvelle Vague l'ignorant, il se laissera séduire par les apôtres du polar à la française, Verneuil, Granier-Deferre... Et un contrat assurance-vie avec Denys De La Patellière. c'est avec Belmondo qu'il fera sa dernière grande composition: Le singe en hiver. 

DUKE 2 and ATG Jean GABIN

 

Commentaires

Buonasera ti IT cuore è un super condensato sulla vita d'artista di Jean Gabin, ha girato con molto beli donne “lo hai di begli occhi tu sanno„ ed i migliori incastonatori in scena il vostro blog inizia ad interessarla, vi ritornerò spesso. Buona sera a te

Bacio amore
Atlantica

Écrit par : Atlantica | ` 2009-11-26 à 18.42:36 `

Répondre à ce commentaire

P'tit "Clic" cher Duke Un réel plaisir d'écouter "Je sais"
Merci
Bonne soirée
Bizzz

Écrit par : Arwen & Gioia et Les Artistochats | ` 2009-11-26 à 19.21:38 `

Répondre à ce commentaire

Bonjour Duke, Un géant, tous ses films sont des chefs d'oeuvre, un très grand artiste que j'adore. Bonne journée, amitiés.

Écrit par : tede | ` 2009-11-27 à 08.42:31 `

Répondre à ce commentaire

Un grand MONSIEUR !

Écrit par : Anne | ` 2009-11-28 à 14.01:11 `

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.